Rêves de pierres

" Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre… "

Charles Baudelaire, Les fleurs du mal


Un album est disponible en cliquant sur le diaporama en bas de page. (Collection personnelle)

Cliquez pour agrandir l'image
Azurite de Namibie. Rob Lavinsky, iRocks.com. CC-BY-SA-3.0

Les pierres et les cristaux réveillent ces Atlantides qui dorment en nous. Comme une paesine florentine aux allures de cité, les minéraux font entrer dans la quatrième dimension. Le pouvoir onirique des cristaux tient moins à leur ressemblance à des images connues qu'à la découverte de paysages inconnus. Dans Langue de pierres, André Breton constate : " Entre elles et nous, comme par osmose, vont s'opérer précipitamment, par la voie analogique, une série d'échanges mystérieux ". L'alchimie de leur naissance au sein des roches parfois profondes ajoute à leur mystère. Leur nom fait rêver : aigue-marine, dioptase, azurite, cinabre, rubis, améthyste, émeraude. Tantôt énigmatique merveille de pureté émergeant de sa gangue, tantôt gerbe de traits acérés d'une stibnite ou monolithe de quartz enfumé, les cristaux sortis de la terre invitent au voyage vers des mondes inconnus. Dans L'amour fou André Breton écrit : " L'œuvre d'art….me parait dénuée de valeur si elle ne présente pas la dureté, la rigidité, la régularité, le lustre sur toutes ses faces extérieures, intérieures, du cristal ".

Sans en être grand collectionneur, j'ai souvent ramené de mes voyages, ces pierres pour lesquelles j'éprouvais une excitation très particulière, un véritable " coup de foudre ", propre à tous ceux qui les aiment. La " minéralogie visionnaire " agit sur l'esprit à la manière d'un " stupéfiant ". Les pierres me parlent un langage secret dépourvu de mots. Une pierre est un monde en soi, fait de rêves et de songes,  si différent de notre quotidien, beauté de la nature à l'état natif ou travaillée par la main de l'artisan, comme le diamant, l'émeraude ou le saphir pour mieux capter et magnifier la lumière à travers le réseau de ses prismes. Ces pierres ont nourri des fantasmes, attisé d'ardentes convoitises, témoignant de l'amour ou de la fortune, conduisant parfois jusqu'à la folie et au meurtre pour leur possession. Elles possèdent un pouvoir magique qu'il s'agisse de la pierre philosophale ou des vertus thérapeutiques qui leur sont attribuées. Garnier dans Propriétés énergétiques des pierres et des cristaux, évoque, à propos d'un quartz fantôme améthyste à lépidocrosite, un bel exemple d'approche psychosomatique : " Utilisation en lithothérapie: énergie du pancréas, calme les migraines, éveille à la spiritualité, répare les trous auriques provoqués par l'alcool, la drogue ou des entités, réconciliation avec soi même ".
Diamant - Star of Africa
Cliquez pour agrandir l'image
Max Ernst

Parmi ces pierres, les pierres à images, appelées en Chine " pierres de rêve ",  illustrent ces fantaisies de la nature. Roger Caillois dans Pierres, minéraux : l'autre monde, s'est attaché à décrire ces paésines florentines qui représentent " les masures des villes, des tours, des pyramide tombées en ruine, des murailles et des maisons écroulées ". On évoque les paysages ruiniformes de Max Ernst, les réflexions de Michel Onfray sur la Métaphysique des ruines à propos de la peinture de Monsu Desiderio. 

Ces tableaux fascinants  et apocalyptiques de villes en ruines, de citadelles abandonnées, que Michel Onfray rapporte à la contre-réforme, portent sans doute d'autres messages subliminaires, dont une explication psychanalytique n'est pas exclue, même si l'image des ruines véhicule d'autres fantasmes. Comment expliquer autrement l'attrait des ruines que par des considérations historiques ou touristiques ? L'image de ruines est liée à la mort, non seulement de civilisations, mais aussi de manière prophétique à notre propre mort. Offense ultime faite à l'ordre et à la beauté ou transsubtantion ? 
Cliquez pour agrandir l'image
Monsu Desiderio. Ruines fantastiques avec Saint Augustin.

Oubliés les ors et les couleurs, oubliée la gigantesque statue d'Athéna, les ruines du Parthénon livrent un tout autre message bien plus personnel. Il y a une résonnance intime à la vue des ruines qu'elles soient grecques, égyptiennes ou de toute autre civilisation. Ce n'est pas le symbole de la déchéance, de la décrépitude ou de la mort, mais une sensation confuse de l'immanence  de l'être.  Les hasards de la géologie confèrent aux paésines d'improbables significations que le peintre flamand du XVIIème  siècle, Mathieu Dubus rapporte au  fait que " la nature…peut produire des dispositions de formes et de couleurs recevables comme œuvre d'art ". 
Cliquez pour agrandir l'image
Paesine
Cliquez pour agrandir l'image
Rhodochrosite. Rob Lavinsky, iRocks.com
CC-BY-SA-3.0
Aux silex qu'il ramasse au bord du Lot, André Breton, dans Langue des pierres, confère " une position-clé entre le caprice de la nature et l'œuvre d'art ". Ce n'est pas un hasard si André Breton, Roger Caillois, et d'autres surréalistes se sont passionnés pour les pierres, écriture automatique de la nature, étonnement du cristal. " A l'origine du monde j'ai trouvé les pierres ", disait Roger Caillois dans un entretien en 1970, la minéralité paraissant douée d'éternité, alors même que les formes et les couleurs sont le résultat d'un lent travail d'érosion et de métamorphose.

D'autres pierres, marbres, jaspes et agates, peuvent figurer des paysages oniriques, tandis que des Rhodochrosites évoquent certains tableaux des aborigènes d'Australie et les dendrites des estampes chinoises. C'est moins sur cette mimétique que repose la puissance évocatrice des minéraux que dans la révélation d'un autre monde si proche et si éloigné du notre. 

Le dernier des Song du Nord avait rassemblé dans un jardin cosmique de nombreuses pierres, qui, pour incarner le monde visible et invisible, devaient être bizarres, insolites, fantastiques, mystérieuses et magiques. Certaines, comme les météorites, viennent d'autres mondes, ayant traversé les espaces intergalactiques. André Breton analyse cette dépendance aux pierres : " La recherche des pierres disposant de ce singulier pouvoir allusif, pourvu qu'elle soit véritablement passionnée, détermine le rapide passage de ceux qui s'y adonnent à un état second dont la caractéristique essentielle est l'extra-lucidité ". 
Cliquez pour agrandir l'image
Dendrite

Les gemmes, qui furent appelées gamahées, constituent une métaphysique concrète, un art produit de la nature, cousin de l'art moderne, faisant dire à Roger Caillois dans Obliques : " Peut-être fallait il attendre que d'abord le sculpteur taillât, modelât ou fondît des formes qui n'étaient rien que des formes, que le peintre assemblât des lignes et des couleurs qui délibérément ne représentaient rien, pour l'œil accoutumé par l'art à prendre plaisir à de purs rapports de volumes, de plans et de teintes, pût enfin apprécier dans le règne minéral mes mêmes réserves de beauté qu'il avait appris à estimer dans les tableaux et les sculptures ".

Géode d'améthyste, caverne magique dont la paroi extérieure sans grâce dissimule un trésor, qui ne se révèle qu'une fois ouverte comme un fruit. Intérieur des coupoles à stalactites de Samarkand, antre cristalline des abysses infernales du centre de la terre. Cœur minéral figé pour l'éternité dans la nuit de la pierre, tapissé d'un hérissement de pyramides mauves venues du fond des âges.
Voir la collection de pierres.
Page précédente : Georges Braque

Sommaire


© 2011-2018. Tous droits réservés. Philippe Scherpereel.http://www.philippe-scherpereel.fr