L'Espace


"L'éternel mystère du monde
est sa compréhensibilité "

ALBERT EINSTEIN

Introduction


Dans le hall de l'aéroport d'Istanbul, où je devais attendre quatre heures pour ma correspondance, des voyageurs passaient en tous sens. Une certaine anxiété se lisait sur les visages tendus vers les écrans d'information. D'autres tournaient, traînant derrière eux des valises, à la recherche d'hypothétiques banques d'enregistrement ou du hall d'embarquement. Périodiquement, une voix aux intonations suaves s'élevait pour annoncer, en Turc et en ce qui ressemblait à de l'Anglais, d'exotiques destinations.

Je regardais avec ennui cette agitation brownienne, regrettant de ne plus rien avoir à lire, lorsque, peu à peu, ces déplacements d'allure aléatoire s'imposèrent à mon esprit en tant que représentation de l'espace. Je venais de relire le manuscrit de la réflexion sur le temps auquel je m'étais essayé au cours de mes dernières vacances. Les similitudes et les interrelations entre le temps et l'espace s'étaient imposées à ma réflexion et voici que l'espace m'apparaissait dans sa plus banale réalité, d'un volume, un hall d'aéroport, avec son contenu vibrionnant et sa musique de voix sirupeuses. Le temps s'affichait partout en panneaux et écrans d'horaires jouant avec d'innombrables destinations créant des liens entre le temps et l'espace dans un lieu où l'on ne fait que passer, comme la vie. Tout un échantillon d'humanité tentait de s'adapter à l'écoulement du temps et de s'orienter dans la jungle des panneaux indicateurs. Certains, un peu paumés, illustraient cette désorientation temporo  spatiale, pathologique dans d'autres contextes.

La vision de la mer qui avait clos mes réflexions sur le temps, avec sa finitude sans cesse reportée, l'horizon qui se recule à mesure qu'on s'en approche, et l'éternel recommencement du ressac sur la grève, me ramène cette fois à l'espace. Avec le temps, l'espace délimite le cadre de vie de l'homme, à la manière des abscisses et des ordonnées. A l'échelle humaine les apparences de l'espace ont nom ciel, mer et terre, composant ces paysages tantôt familiers, tantôt surprenants, dans lesquels l'homme se meut l'espace d'une vie. A l'opposé du caractère insaisissable du temps, l'espace oppose une matérialité qui conforte l'être dans son sentiment d'exister, sans pour autant répondre aux interrogations existentielles. Cette seconde dimension de l'humain, qui lui confère son statut spatio temporel, repose en des termes différents, les mêmes questions suscitées par le temps, des origines, de l'être et de la destinée. La banalité d'un hall d'aéroport venait de me confronter au mariage mystique du temps et de l'espace.

Mes idées se pressaient en foule, et pour ne pas les laisser s'échapper, je me mis à prendre des notes, assis sur un banc de l'aéroport.
Page précédente : Le Temps : Conclusion.

Sommaire


© 2011-2018. Tous droits réservés. Philippe Scherpereel.http://www.philippe-scherpereel.fr